Le bus de services au coeur du SI

Depuis quelques années est apparue au sein des Systèmes d’Informations des entreprises, l’utilisation d’un nouveau composant appelé bus de services.

La multiplication d’applications hétérogènes , les besoins de disposer d’une architecture de médiation à la fois souple et évolutive, ainsi que
la nécessité d’aligner le métier sur l’IT, ont fait du bus de services ou ESB, un élément central du Système d’Information moderne
.

Définition du bus de services ou ESB

· Plateforme permettant aux applications de communiquer entre elles.
· L’ESB (Enterprise Service Bus) est la nouvelle génération des EAI (Enterprise Application Integration).
· L’ESB a apporté la notion d’intégration distribuée en se basant sur les services.
· L’ESB réalise la médiation entre les fournisseurs et les consommateurs de services.

Principes de fonctionnement de l’ESB

Le bus de services se base sur des principes bien définis :

· La découverte dynamique
    Utilisation d’un annuaire de services
· L’exposition et l’orchestration des services
     Outil graphique permettant d’implémenter les processus et de les orchestrer
· La distribution forte
     Les services sont distribués sur le réseau et sont faiblement couplés
· La communication par message
     La communication entre services se fait par message représenté par un document auquel le service consommateur s’abonne.
Architecture

Apports du bus de services dans un  Système d’information

· Les concepts standards
        Les bus de services se basent les standards tels que : XML, JMS,SOAP, UDDI.

· Le routage de données

      L’utilisation des documents XML et d’un mécanisme d’abonnement à ces documents permet de router intelligemment les données vers la bonne application

· Architecture de services et distribuée

Les fonctions du SI sont vues comme des briques réutilisables et faiblement couplées , donc pouvant être déployées indépendamment les uns des autres.Ces briques peuvent être orchestrées dans le cadre d’un processus technique ou métier.

· Souplesse

Interface centralisée de gestion de configuration et  de déploiement.

Cas Malakoff – Médéric

Contexte et enjeux

 Présentation du contexte

· Début du processus de fusion du groupe Malakoff et du groupe Médéric le 1er octobre 2007.
· Fin de la fusion en 2008

· Construction du système d’information mutualisé

· Définition du programme de convergence (CUSI) des SI sur les domaines fonctionnels suivants:
         Gestion des comptes et contrats collectifs
         Prestations santé
         Prestations Prévoyance
         Commercial

  Besoins

· Le programme de convergence a mis en évidence :
· Le besoin de mieux gérer les données référentielles :

   Personne
   Produit
   Entreprise
   Garantie
· La nécessité de la refonte de certains processus métier
    Apparition des processus transverses
· Le besoin d’exposer, d’orchestrer des services ainsi que celui de véhiculer des données
· Ce qui a conduit au choix d’une infrastructure d’échange de messages ou bus de services (ESB).
    Afin de répondre aux différents besoins.

Bonnes pratiques de mise en œuvre d’un ESB

Normes, standards et nomenclatures

Les normes et standards définissent tous les mécanismes et outils mis en place lors d’un projet d’intégration, ils permettent :

· De créer des templates de services et modèles BPM uniques
· De faciliter l’intégration d’une nouvelle ressource dans l’équipe de développement
· D’unifier la compréhension des problématiques sur les services à orchestrer.
· Un gain de temps significatif, rendu possible par les templates lors de nouveaux chantiers de développement.
· Parmi ces normes on trouve :
       Le référentiel de services
       La gestion de pivots
       La gestion des erreurs
       Le référentiel de composants intervenant dans le processus d’intégration.
Référentiel des composants d’intégration : services, process

Les composants d’intégration sont des composants qui interviennent dans un processus d’échange.

· Référencer ces composants permet d’évaluer la complexité de chaque processus et d’ intervenir de façon efficiente en cas de dysfonctionnement.
· Facilite la gestion centralisée des développements des processus.
· Les différents composants participant à un processus d’échange sont :
           Les services
           Les modèles BPM
           Les applications
           Les pivots applicatifs.
Gestion des erreurs
· Un processus d’intégration peut orchestrer plusieurs couches de services s’appelant les uns les autres.
· Pour identifier en cas d’erreur d’un des services la cause du problème , une gestion d’erreurs efficace est nécessaire.
· Développer un socle de gestion d’erreurs permet un gain de temps dans la compréhension de la source d ’un problème.
· La gestion d’erreurs permet également un meilleur suivi par les équipes de production et une traçabilité.

Conclusion

· Du fait qu’il offre :

     Flexibilité

     Robustesse

     Connectivité et médiation

·  Le bus de services est au cœur de l’architecture SOA

·  Le bus de services va servir de base à une démarche processus BPM

                 En orchestrant les services métier entre eux sous forme d’étapes
 · Le bus de services plus tard intégré au BPM permettra un alignement de la technique sur le métier
————————————————————————————————————————-

Définition des Concepts

· JMS  : Java Message Service, permet l’envoi asynchrone de messages entre applications ou composants Java
· ESB : Enterprise Service Bus.
· BPM : Business Process Management, Gestion des processus métier et de leurs interactions dans un SI.
· BAM :  Business Process Monitoring, permet de superviser les processus métier.
· XML : Extensible Markup Language, format d’échange standard entre applications d’un SI.
· SOA : Service Oriented Architecture, Architecture de médiation dans un SI.
· UDDI : Universal Description Discovery and Integration, Annuaire de services écrit en XML

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *