Cloud Public et extension du système d’information : pourquoi et comment ?

[title text= »Qu’est ce que le Cloud ? »]

Une définition rapide et simple du Cloud pourrait être « Utilisation partagée des ressources informatiques en fonction du besoin ». Dans ce mode de fonctionnement, les applications ne sont plus localisées statiquement sur un ou plusieurs serveurs mais démarrées sur une masse de serveur, dimensionnées à la demande et réparties sur l’ensemble des serveurs disponibles. Nous sommes donc dans un espace mutualisé, dont la capacité sera partagée entre les applications en fonction des besoins, ceci afin d’optimiser les investissements réalisés vis-à-vis de la performance nécessaire.

A l’heure actuelle, dans la majorité des cas, le passage au Cloud sera réalisé par la mise en place d’une solution de virtualisation (hyperviseur), parmi celles disponibles sur le marché. Pour ne citer que les plus courantes, nous retrouverons en général Microsoft Hyper-V, VMware ESX server, Xen ou IBM LPAR.

Cloud hybride

Nous pouvons ensuite faire la distinction entre un service dont les serveurs sont hébergés dans les datacenters de l’entreprise ou par un tiers en mode dédié (nous parlerons de Cloud Privé) ou dont les serveurs sont hébergés par un tiers en mode mutualisé (nous parlerons de Cloud Public). Dans une majorité de cas, il sera nécessaire de conserver certains serveurs dans un Cloud Privé et nous procèderons à une extension du parc par l’intermédiaire d’un Cloud Public : nous parlerons alors de Cloud Hybride.

Un grand nombre d’offre Cloud existent ou sont actuellement en cours de création. Les acteurs majeurs sur ces sujets sont en général des poids lourds de l’informatique ou des télécommunications. Dans les opérateurs les plus courants, nous trouverons :

  • A l’international :
    • Amazon Web Services
    • Microsoft Windows Azure
    • IBM Smart Cloud
    • Google Cloud Platform
  • Au niveau français :
    • Cloud OVH
    • Numergy (SFR + Bull)
    • CloudWatt (Orange + Thalès)

[title text= »Pourquoi étendre avec un Cloud Public ? »]

L’usage actuel des serveurs au sein des systèmes d’information demande de répondre à différentes problématiques :

  • Comment faire face à des besoins ponctuels ?
  • Comment répondre à un pic de charge exceptionnel ?
  • Comment optimiser le dimensionnement des serveurs ?
  • Comment réutiliser les ressources d’applications en perte de vitesse ?
  • Comment éviter la multiplication des datacenters ?

Ces types de besoins sont classiques dans l’usage actuel de l’informatique. Cette variation pourra avoir de nombreuses causes :

  1. Opérations cycliques dans la vie de l’entreprise : calcul d’intérêts bancaire, traitements de calculs de risques (domaine bancaire ou assurance par exemple), déclarations URSSAF
  2. Opérations gourmandes certains jours du mois uniquement : comptabilité, gestion des ressources humaines
  3. Opérations de promotion et de communication : jeux concours, sortie d’un nouveau produit, soldes dans le e-commerce
Charge_applications

Usage des serveurs en fonction des trois grands besoins

La résolution habituelle de ces problématiques est menée par l’acquisition de nouveaux serveurs surdimensionnés et dont l’empreinte en termes d’espace, d’énergie, de ressources humaines, n’est pas négligeable, notamment lorsqu’il est nécessaire de créer un nouveau datacenter pour accueillir ces serveurs additionnels. Nous pouvons donc arriver rapidement à une multiplication des ressources dormantes et / ou à une saturation de l’espace d’hébergement.

La somme de ces coûts permet de mieux comprendre l’intérêt du Cloud pour un paiement à l’usage, mais il faut également prendre en compte les économies d’échelles qui seront réalisées : achat de matériel en gros volume, hébergements massifs, … En effet, plus la masse d’infrastructure sera importante dans le Cloud, plus les coûts seront tirés vers le bas. Ainsi, si dans l’immédiat, l’utilisation du Cloud pourrait s’avérer plus cher pour une application, cette décision peut changer à moyen terme, une fois les seuils critiques d’investissement passés.

[title text= »Comment étendre avec le Cloud Public ? »]

Infrastructure hybride avec Windows Azure

Exemple de Cloud Hybride

L’extension avec un Cloud Public nécessite de mettre en œuvre plusieurs concepts pour permettre une bonne intégration de celui-ci dans l’écosystème existant. Nous retrouverons plusieurs grandes étapes qu’il sera nécessaire de réaliser :

  • Mettre en place un Cloud privé interne afin de procéder à la virtualisation d’une partie de l’existant. Cette étape a pour objectif de désolidariser de leur socle matériel les applications utilisées par l’entreprise. Cette virtualisation en interne doit permettre d’anticiper certaines problématiques qui apparaîtront : utilisation du DHCP, dimensionnement des serveurs, résolution DNS entre différents sous réseau, et bien d’autres.
  • Modifier les infrastructures réseaux dans le but de pouvoir réaliser une interconnexion sécurisée entre le réseau de l’entreprise et le réseau du fournisseur externe.
  • Après choix du fournisseur, procéder à l’interconnexion des réseaux et commencer à basculer les serveurs virtualisés dans le Cloud public.

Des questions d’ordre plus organisationnelles seront également à adresser :

  • Quelles sont les applications éligibles ?
  • Quelles applications fonctionneront en mode hybride pour absorber les pics d’utilisation ?
  • Comment mettre en œuvre une bonne politique de sauvegarde dans le Cloud ?
  • Comment bien penser l’architecture des applications (nouvelles et évolutions) ?

La réponse à toutes ces questions est nécessaire à la définition du processus de passage au Cloud Public. Chaque situation a besoin d’être évaluée pour bien cerner le périmètre et les attentes, et ainsi optimiser au mieux la facturation qui en découlera.

[title text= »Exemple d’interconnexion réseau pour la création d’un Cloud hybride avec Windows Azure »]

Une des étapes à réaliser pour mettre en place un Cloud Hybride est d’interconnecter le réseau existant avec le réseau externe. La plupart des offres Cloud proposent la mise en place d’un VPN entre le réseau de l’entreprise et le réseau du fournisseur. Cette passerelle peut en général être créée dynamiquement par l’intermédiaire du portail d’administration de la solution Cloud Public avec des étapes de réalisation sans complexité.
Avec Windows Azure, la mise en place se déroule de la manière suivante :

  1. Créer un réseau virtuel et un groupe d’affinité pour la localisation des serveurs
  2. Configurer le DHCP pour ce réseau virtuel au sein d’Azure
  3. Définir le DNS sur le site local
  4. Définir la configuration de la passerelle d’interconnexion et demander sa création
  5. Mettre en place la configuration réseau adéquate sur le site local
  6. Établir la connexion entre les deux sites

Une fois ces étapes réalisées, il est possible d’obtenir un statut de la connexion au travers du portail :

Azure Virtual Network

Exemple d’interconnexion VPN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *